Programmation 2018-2022

Notre programme de recherche vise à poser un regard réflexif sur les nouveaux modèles d’action en développement territorial. Notre cadre d’analyse s’inscrit dans un nouveau paradigme émergeant, à savoir le paradigme de la transition, laquelle, selon nous doit combiner les sphères sociétale et écologique (Dedeurwaerdere, 2014). L’approche écologique et l’approche sociétale séparément ne suffisent pas, comme le montre bien l’ouvrage de Naomie Klein (2015). Il faut l’interrelation entre ces deux dimensions. Notre hypothèse est que les initiatives qui prennent naissance dans les milieux de vie peuvent combiner ces deux sphères et ainsi devenir des alternatives sociétales (Durand-Folco, 2015; Wright, 2012). Cette hypothèse prend appui sur deux approches conceptuelles : les communs et le buen vivir.

L’approche des communs a été mise au jour par E. Ostrom (1990) qui a démontré que la résilience des collectivités mobilisées pour la gestion commune des ressources favorise des agencements institutionnels susceptibles de générer de nouveaux équilibres organisationnels entre les collectivités humaines et l’usage de la nature, ce qui suppose une gouvernance appropriée dans laquelle les premiers concernés sont des parties prenantes, comme l’illustre Roy (2014) dans une étude sur un cas de tenure forestière communale à Oaxaca au Mexique. À cette vision, Dardot et Laval (2014) ajoutent une dimension politique et normative en argumentant que le principe agissant des communs (selon eux « le commun » au singulier) provient de la pertinence de produire des règles définissant l’usage commun des ressources publiques. Le commun structure donc des territoires sociaux et écologiques où ce qui prime est l’usage, voire la valeur d’usage, et l’importance qu’ils représentent pour les acteurs et les citoyens en tant que « milieu de vie », comme le montre bien notre étude sur le cas de Saint-Camille (Klein et al. 2015). « Le milieu est le lieu du commun » affirme Durand-Folco (2015, p. 53). En effet, des territoires du commun peuvent être définis et délimités par des innovations institutionnelles et organisationnelles générées par l’usage commun des ressources qui interviennent dans la qualité de vie dans un milieu.

L’approche du buen vivir rejoint sur plusieurs plans l’approche des communs, tout en posant le regard à une échelle davantage sociétale. Celle-ci s’inscrit dans une vision qui traduit les aspirations des collectivités qui, à cause de rapports sociaux inégalitaires systémiques, ont été contraintes par des contextes de précarité, de colonialisme et de dépendance (Gudynas et Acosta, 2011; Santos, 2016). Elle s’inspire d’acteurs qui prônent une vision holistique et intégrée de la société, une société solidaire et écologiste (Sauvé, 2014; Boyd, 2017). Cette perspective est ancrée dans une philosophie qui poursuit l’amélioration des conditions d’existence des citoyens à l’échelle locale, tout en proposant une vision globale et systémique du développement (Montaño Suárez, 2016). Née en Amérique du Sud au sein des peuples indigènes, mais dont les principes de base sont partagés par d’autres mouvances comme celles de la décroissance ou de la décolonisation (Laville 2016), cette vision inspire une grande gamme d’expérimentations qui favorisent le commun plutôt que le privé (Farah et Vasapollo, 2011; Novy, 2013; Pozzebon, 2015). Cette vision repose sur des compétences collectives et sur un processus d’apprentissage découlant de pratiques réflexives (retour sur l’action, dialogues continuels). Même si certains auteurs y voient des convergences, les approches du commun et du buen vivir ont suivi des trajectoires parallèles et distinctes. Un objectif de notre programme est de les imbriquer davantage.

Bibliographie du devis

Angulo-Baudin, W., J.-L. Klein et D.-G Tremblay (2017). « Potencial y límites de las estrategias culturales de reconversión urbana: el caso de Bilbao », Finisterra, Revista Portuguesa de Geografia, vol. LII, no 105, p. 49-78, <http://revistas.rcaap.pt/finisterra/article/view/8966/10014>.

Bacquée, M.-H. et C. Biewener (2013). L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 175p.

Bennet, A. et D. Bennet (2013). Knowledge Mobilization in the Social Sciences and Humanities: Moving from Research to Action, Frost (West Virginia), MQI Press.

Bouchard M.-J. et B. Lévesque (2017). « Les innovations sociales et l’économie sociale : nouveaux enjeux de transformation sociale », dans J. Defourny et M. Nyssens (dir.), Économie sociale et solidaire. Socio-économie du 3e secteur, Paris et Bruxelles, De Boeck.

Boyd, D. R. (2017). The rights of Nature : a Legal Revolution that Could Save the World, Toronto, ECW Press, 312 p.

Caillouette, J. et S Soussi (2017). « L’espace partenarial de recherche et son rapport à l’action dans l’espace public », dans A.Gillet et D.-G. Tremblay (dir.), Les recherches partenariales et collaboratives, Québec / Rennes, Presses de l’Université du Québec / Presses universitaires de Rennes, p. 129-142.

Courlet, C. et B. Pecqueur (2013). L’économie territoriale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Dedeurwaerdere, T. (2014). Sustainability Science for Strong Sustainability, Cheltenham, Edward Elgar.

Desroches, M.-E. et C. Trudelle (2015). « Transformation des quartiers centraux, mobilisations et évolution du droit à la ville des femmes : étude de cas du quartier Sainte-Marie à Montréal », Recherches sociographiques, vol. 56, no 2-3, p. 481-503.

Dardot, P. et C. Laval (2014). Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte.

Doyon, M., J.-L. Klein et C. Arsenault-Hétu (2017). « LAB Lieu de création : une expérience de coworking créatif en milieu rural québécois », Revue canadienne de sciences régionales-Canadian Journal of Regional Science, vol. 40, no 1, p. 71-81, <http://www.cjrs-rcsr.org/V40/cjrsrcsr40-1-8Doyon-klein-arsenault-hetu.pdf>.

Doyon, M., M. Desrosiers-Côté et F. Loyer (2016). Les PDZA : un renouvellement de la gouvernance agricole », Vie économique, vol 8, no thématique sur le développement territorial et la gouvernance, <http://www.eve.coop/?a=251>.

Doyon, M., J. Rochman, J.-M. Fontan, J.-L. Klein, S. Ducruc, J. Xiao, C. Yorn, J. Fortin et S. Dugré (2015). «L’approche Living Lab et l’aménagement des espaces ouverts agricoles:. uUn exemple en région métropolitaine de Montréal», Articulo – Journal of Urban Research, no spécial 6, <http://articulo.revues.org/2662>, consulté le 31 mars 2016.

Durand-Folco, J. (2015). « Bâtir, habiter et penser la transition par le milieu », Milieu(x), no 2, p. 51-57.

Farah H., I. et L. Vasapollo (dir.) (2011). Vivir bien: ¿Paradigma no capitalista?, La Paz, Bolivie, CIDES-UMSA, 437 p.

Fontan, J.-M. (2010). « Recherche partenariale en économie sociale : analyse d’une expérience novatrice de coproduction des connaissances », The Innovation Journal: The Public Sector Innovation Journal, vol. 15, no 3.

Fontan, J.-M., P. Elson et S. Lefèvre (dir.) (2017, à paraître). Les fondations philanthropiques : de nouveaux acteurs politiques ?, Québec, Presses de l’Université du Québec, 320 p.

Fontan, J.-M., J.-L Klein, J. Caillouette, M. Doyon, B. Lévesque, P.-A. Tremblay, D.-G. Tremblay et C. Trudelle (2017). « Vers de nouveaux modèles d’action en développement territorial : l’expérimentation à l’échelle locale de la transition vers le « buen vivir » », Économie et solidarité, vol. 44, nos- 1-2, p. 59-78.

Fontan, J.-M. et I. Heck (2017). « Parole d’excluEs : croisement des savoirs, des pouvoirs et des pratiques au sein de l’Incubateur universitaire Parole d’excluEs », Les Cahiers du CERFEE, no 45, en ligne, <https://edso.revues.org/2540>.

Fontan J.-M., J.-L. Klein et D. Bussières D (2014). Le défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Fortin, J. (2017). Mixité sociale et prise en charge citoyenne : le cas de L’équipe mobile en alimentation, mémoire de maîtrise en géographie, Montréal, Université du Québec à Montréal, <http://www.archipel.uqam.ca/10418/>.

Fortin, J. et J.-L. Klein (2015). Évaluation des actions en sécurité alimentaire de l’organisme Équipe mobile en alimentation (EMA) dans la Petite Bourgogne, rapport de recherche réalisé sous la direction de Juan-Luis Klein, 108 p. (Ce rapport fait suite à un projet de recherche financé par la Ville de Montréal).

Ghaffari, L., Klein, J.-L. et W. Angulo (à paraître). « For a socially acceptable gentrification: A survey of strategies and practices against displacement », Geography Compass.

Gillet, A. et D.-G. Tremblay (dir.) (2017). Les recherches partenariales et collaboratives, Québec / Rennes, Presses de l’Université du Québec / Presses universitaires de Rennes.

Glon, E et B. Pecqueur (dir.) (2016). Au coeur des territoires créatifs : proximités et ressources territoriales, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Gudynas, E. et A. Acosta (2011). « La renovación de la critica al desarrollo y el buen vivir como altemativa », Utopia y Praxis Latinoamericana, vol. 16, n° 53, p. 71-83.

Hamdouch, A., Depret M.-H. et C. Tanguy (dir.) (2013). Mondialisation et résilience des territoires. Trajectoires, dynamiques d’acteurs et expériences, Québec, Presses de l’Université du Québec, 318 p.

Jessop, B., F. Moulaert, L. Hulgård et A. Hamdouch (2013). « Social Innovation reseach: a new stage in innovation analysis? », dans F. Moulaert, D. MacCullam, A. Mehmood, A. Hamdouch, Abdelillah (dir.), The International Handbook on Social Innovation. Collective action, social learning and transdisciplinary research, Cheltenham, Elgar, p. 11-130.

Klein, J.-L. (2017). « Social innovation, Universities and the Quest for Social Transformation », dans GUNi (dir.), Higher Education in the World 6; Towards a Socially Responsible University: Balancing the Global with the Local, Barcelone, GUNi, p. 165-178, <http://www.guninetwork.org/>.

Klein, J.-L. (2016). « Le territoire dans la construction d’une vision alternative de développement », Vie économique, vol 8, no thématique sur le développement territorial et la gouvernance, <http://www.eve.coop/?a=262>.

Klein, J.-L., Tremblay, D.-G., Angulo, W., Ghaffari, L., Lareau, C. et L. Sauvage (à paraître). « Culture de proximité et développement des communautés : vers une grille d’indicateurs de la vitalité culturelle des quartiers à Montréal », Cybergeo. Revue européenne de géographie.

Klein, J.-L., et C. Trudelle (2017). « Saint-Michel et la Cité des arts du cirque », dans J.-L. Klein et R. Shearmur (dir.), Montréal, la cité des cités, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 247-264.

Klein, J.-L., D.-G. Tremblay, W. Angulo-Baudin, C. Lareau et L. Sauvage (2017). «Culture de proximité et développement des communautés : élaboration et application d’une grille d’indicateurs de la vitalité culturelle des quartiers », dans CRISES (dir.), Actes du 5e colloque international du CRISES. Des émergences à la reconnaissance. Trajectoires d’innovation, Montréal, CRISES, p. 712-729, <http://crises.uqam.ca/upload/files/Colloque_international_2017/Actes_CRISES_2017_Proceedings_version_pre-evenement_comprim%C3%A9e.pdf >.

Klein, J.-L., Pecqueur, B., Koop K. et S. A. Soussi (dir.) (2016a). L’innovation locale à l’épreuve du global. Un défi pour les acteurs, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Klein J.-L., A. Camus, C. Jetté, C. Champagne et M. Roy (dir). (2016b). La transformation sociale par l’innovation sociale, Québec, Presses de l’Université du Québec, 494 p.

Klein, J.-L., D.-G. Tremblay et J. Rochman (2015). «La durabilité urbaine revue à l’aide de la revitalisation d’un quartier à Montréal: Le cas du Mile- End», dans J. Forest et A. Hamdouch (dir.), Quand l’innovation fait la ville durable, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, p. 181-304.

Klein, J.-L., D. Bussières, J. Caillouette, M. Doyon, J.-M. Fontan, D.-G. Tremblay et P.-A. Tremblay, (2015). Saint-Camille : Récit d’une expérience de co-construction de la connaissance, Cahiers du CRISES, no ES1505, Montréal, Centre de recherche sur les innovations sociales.

Klein, J.-L. et P. Morrissette (2014). « Le développement économique communautaire et la cohésion sociale à Montréal», dans J.-M. Fontan, J.-L. Klein et D. Bussières (dir.), Le défi de l’innovation sociale partagée, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 159-188.

Klein, J.-L. et C. Champagne (dir.) (2011). Initiatives locales et lutte contre la pauvreté et l’exclusion, Québec, Presses de l’Université du Québec, 352 p.

Klein, N. (2015). Tout peut changer. Capitalisme et changement climatique, Montréal, LUX Éditeur, 650 p.

Lareau, C. (2017, à paraître). L’apport de la culture à la revitalisation urbaine intégrée : le cas du quartier Sainte-Marie à Montréal, mémoire de maîtrise en géographie, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Laville, J.-L., J. L. Corragio (dir.) (2016). Les gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord-Sud, Paris, Le Bord de l’eau, 490 p.

Lévesque, B. (dir.), avec la coll. de M. Rioux (2017). Fondaction, un fond pleinement engagé dans la finance socialement responsable. Québec, Presses de l’Université du Québec, Collection Innovation Sociale, 438 p.

Lévesque, B. (2016a). « Économie sociale et solidaire et entrepreneur social : vers quels nouveaux écosystèmes ? », Revue interventions économiques, vol. 54, <https://interventionseconomiques.revues.org/2802>.

Lévesque, B. (2016b). « L’écosystème philanthropique : Élément de synthèse du Sommet 2015 », dans Institut Mallet (dir.), Écosystème philanthropique : perspectives, perceptions et échanges. Actes du Sommet 2015 sur la culture philanthropique, Québec, Institut Mallet, p. 161-204.

Lévesque, B. (2016c). « De l’écosystème d’affaires à l’écosystème philanthropique : mise en perspective à partir de la littérature », dans Institut Mallet (dir.), Écosystème philanthropique : perspectives, perceptions et échanges. Actes du Sommet 2015 sur la culture philanthropique, Québec, Institut Mallet, p. 7-26.

Mingione, E. (2016). « L’innovation sociale face aux défis de la globalisation : tensions et illusions », dans J.-L. Klein, A. Camus, C. Jetté, C. Champagne et M. Roy (dir), La transformation sociale par l’innovation sociale, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 35-48.

Mintzberg, H. (2008). « Leadership et communityship », Gestion, vol. 33, p. 16-17.

Montaño Suarez, C. V. (2016). « Le vivir bien/buen vivir : un nouveau paradigme ? », dans J.-L. Klein et F. Lasserre (dir.), Le monde dans tous ses États, 3e éd., Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 126-132.

Montpetit, A. (2015). Relance durable du secteur industriel de l’est de l’île de Montréal : acteurs et innovations, mémoire de maîtrise en géographie, Montréal, Université du Québec à Montréal, <http://www.archipel.uqam.ca/7705/>.

Moralli, M., M. Alberio, J.-L. Klein (2017). « L’innovazione sociale tra sviluppo territoriale e trasformazione sociale: il caso del Québec », Sociologia urbana e rurale, no 113, p. 30-46, DOI:10.3280/SUR2017-113003.

Moulaert, F. et J. Nussbaumer(2008). La logique sociale du développement territorial, Québec, Presses de l’Université du Québec, 174 p.

Ninacs. W. A (2008). Empowerment et intervention : développement de la capacité d’agir et de la solidarité, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Novy, A. (2013). « Preliminary Reflections on an Eco-Social Civilization Model for the 21st Century », dans J.-L. Klein et M. Roy (dir.), Pour une nouvelle mondialisation, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 311-324.

Ostrom, E. (1990). Governing the commons : the evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Pozzebon, M. (2015). « Tecnologia Social: A South American View of the Regulatory Relationship between Technology and Society », dans F.-X. De Vaujany, N. Mitev, G.-F. Lanzara, et A. Mukherjee (dir.), Materiality, Rules and Regulation, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 33-51.

Rochman, J., M. Doyon, J.-M. Fontan et J.-L. Klein (2017a[sous-presse]). « Les living labs: un atout pour la gouvernance des territoires? », Revue canadienne de sciences régionales-Canadian Journal of Regional Science, Vol. 40, No 2.

Rochman, J., M. Doyon, J.-M. Fontan, J.-L. Klein, S. Dugré et S. Ducruc (2017b). « L’approche LL et le renouvellement du développement territorial : résultats d’un projet partenarial », Revue canadienne de sciences régionales-Canadian Journal of Regional Science, vol. 40, no 1, p. 13-21, <http://www.cjrs-rcsr.org/V40/cjrsrcsr40-1-2Rochman-etal.pdf>.

Rochman, J., M. Doyon, S. Ducruc, S. Dugré, J.-M. Fontan, J. Fortin, J. Xiao et J.-L. Klein (2016). « L’approche Living Lab et le carrefour d’innovation bioalimentaire de l’agglomération de Longueuil », dans J.-L. Klein, B. Pecqueur, K. Koop et S. A. Soussi (dir.), L’innovation locale à l’épreuve du global. Un défi pour les acteurs, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 117-128.

Roy, M. (2014). Communauté et résistance: la gestion communale des ressources naturelles face à la mondialisation néolibérale : le cas de Capulálpam de Méndez, Oaxaca, Mexique, mémoire de maîtrise en géographie, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Santos, B. de Sousa (2011). « Épistémologies du Sud », Études rurales, no 187, p. 21-50.

Sassen, S. (2007). A Sociology of Globalization, New York, W.W. Norton & Company.

Sauvé, L. (2014). « Quels fondements pour une éducation écocitoyenne? Développement durable et Vivir Bien : des propositions contrastées », dans A. Diemer et C. Marquat (dir.), Éducation au développement durable : enjeux et controverses, Bruxelles, De Boeck, p. 119-1367.

Servet, J.-M. (2010). Le grand renversement, de la crise au renouveau solidaire, Paris, Desclée de Brouwer.

Scaillerez, A., et D.-G. Tremblay (2017). « Proposition de typologie des modèles de Living Labs au profit du développement des territoires québécois », Revue canadienne de sciences régionales-Canadian Journal of Regional Science, vol. 40, no 1, p. 81-86, <http://www.cjrs-rcsr.org/V40/cjrsrcsr40-1-9Scaillerez-tremblay.pdf>.

Torre, A. (2015). «Théorie du développement territorial», Géographie, économie, société, vol. 17, no 3, p. 273-288.

Trudelle, C., J.-M. Fontan, J.-L. Klein et D.-G. Tremblay (2015). « Urban conflicts and socio-territorial cohesion: Consensus-building and compromise in the Saint-Michel neighborhood in Montreal », Canadian Journal of Urban Research, vol. 24, no 2, p. 138-157.

Unger, R. M. (2015). « The Task of the Social Innovation Movement », dans A. Nicholls, J. Simon et M. Gabriel (dir.), New Frontiers in Social Innovation Research, Londres, Palgrave Macmillan, p. 233-251.

Westley, F. (2008). The Social Innovation Dynamic, Social Innovation Generation, Université de Waterloo, <http://sig.uwaterloo.ca/research-publications>, consulté le 14 mai 2012.

Wright, E. O. (2012). « Transforming Capitalism through Real Utopias », American Sociological Review, XX(X), p. 1-25, <https://www.ssc.wisc.edu/~wright/Published%20writing/Presidential%20address%20–%20uncorrected%20page%20proofs%20–%202012.pdf>.